La possession d’un permis de conduire est exigée dans tout pays pour avoir le droit d’être au volant d’un véhicule. Cette situation est particulièrement un sujet à discussion au Sénégal dans la mesure où les accidents de voitures causés par les chauffeurs sont très nombreux. Un cas particulier qui intéresse plus d’un le comment de l’obtention de cette pièce maîtresse pour circuler librement sur le territoire sénégalais.

Ce qui est sûr est que l’autorisation de conduire une automobile motorisée au Sénégal comme dans d’autres pays dans le monde, est conditionnée par la réussite d’un examen théorique qu’est la maîtrise du code de la route d’une part et le test de conduite impérativement assisté par un moniteur d’autre part. Auparavant, l’apprenti chauffeur a l’obligation de s’inscrire dans une auto-école. Un établissement où le futur conducteur devra acquérir les diverses méthodes et techniques pour pouvoir circuler sur les voies publiques.

Sinon, il faut également fournir auprès des écoles d’apprentissage les documents indispensables pour avoir la possibilité de suivre régulièrement les cours qui y sont dispensés. Parmi ces pièces, on peut citer notamment une photocopie légalisée d’une carte d’identité ou celle d’un passeport, un certificat de résidence, un certificat médical et quatre (4) photos d’identité.

Généralement, l’étude du code de la route se fait avant la pratique de conduite. Ce qui signifie que l’apprenti conducteur doit à priori, maîtriser parfaitement l’ensemble des règles qui régissent la circulation pour les usagers routiers dans une période définie entre 21 jours à un mois. Ensuite, il va passer son épreuve théorique devant un examinateur. Cela peut prendre la forme d’un oral avec une série de questions ou par écrit constitué de 25 questions à répondre pendant un délai de 15 minutes.

Par la suite, le candidat qui a réussi l’examen du code de la route peut entamer l’apprentissage de conduite en compagnie d’un moniteur. En réalité, la maîtrise du volant sur les voies publiques avec les paramètres qui y vont avec se déroulent normalement en 15 à 20 cours de pratique. Elle devra aboutir à une évaluation de conduite, constituée essentiellement par la domination d’un créneau. Pour ce faire, la présentation d’une carte d’identité ou d’un passeport est obligatoire.

Au Sénégal, toutes les régions peuvent abriter les examens du code et de conduite. Pour le cas précis de Dakar par exemple, le test relatif aux règlements qui régissent la circulation dans la capitale du pays se fait du côté du Front de Terre, à 100 mètres de la Gendarmerie tandis que l’évaluation de conduite se vérifie sur le parking du stade Léopold Sédar Senghor. A noter que tout nouveau conducteur sur le territoire sénégalais ne peut prendre le volant de sa voiture qu’après un intervalle de trois semaines à compter du jour de l’obtention du permis de conduire.